Recommandations Etudes Partenaires Histoires

 

Association pour la Réinsertion des prisonniers Selon les valeurs du Judaïsme

Fondée par le Grand Rabbin Abraham Hazan ז"ל

L'association à but non lucratif Keren HaTechouva a été fondée en 1972 par le Grand Rabbin Abraham Hazan ז"ל, à l'époque Aumônier Général de la Police et des Prisons. Cette association est née de la vision d'un homme exceptionnel qui savait que les délinquants et les criminels ont la capacité, comme tous les être humains, de "renaître" et de se réinsérer, en tant qu'honnêtes citoyens, dans la société israélienne. C'est aujourd'hui son fils, Yoël Hazan, qui continue son œuvre et dirige l'association.

Activités de l'association

  • Le Keren Hatechouva accompagne les prisonniers, ainsi que leurs familles, durant les premières années suivant leur libération (aide financière, formation professionnelle, réhabilitation communautaire). La seule chose qui protège le délinquant et l'empêche, à sa sortie de prison, de replonger dans le monde du crime, c'est le support d'un encadrement chaleureux, qui transmet les valeurs morales.
  • Le Keren Hatechouva a ouvert un centre d'hébergement "Beth Avraham", pour les délinquants célibataires qui, à leur sortie de prison, se retrouvent souvent à la rue.
  • Le Keren Hatechouva a développé, en coordination avec l'Administration Pour la Réinsertion des Prisonniers, un programme de thérapie destiné aux prisonniers incarcérés pour violence familiale. Il n'existait aucune structure thérapeutique pour ces délinquants après leur libération !
  • Le Keren Hatechouva a créé un centre d'accueil "Ma'on Avraham", afin de venir en aide aux toxicomanes qui, après leur sevrage physique, restent vulnérables et risquent de retomber dans la drogue. Le centre associe des méthodes de soins pour le corps et l'âme – traitements psychologiques individuels, thérapies de groupe, médecine alternative, activités physiques et cours sur les valeurs juives. Pour de nombreux toxicomanes, ce centre d'accueil est un havre d'espoir, où ils retrouvent chaleur et amitié et reprennent goût à la vie. Ils y acquièrent les habitudes, les repères et la force morale nécessaires à leur réinsertion familiale, professionnelle et sociale.


Les résultats

  • Le Keren Hatechouva a aidé plus de 800 anciens prisonniers, qui ont ainsi réussi à se couper définitivement du milieu du crime.
  • 9% seulement des prisonniers pris en charge par le Keren Hatechouva sont retournés en prison, alors que le taux de récidive est de 67% en l'absence de cadre de réinsertion.
  • 80 toxicomanes ont été soignés au centre d'accueil "Ma'on Avraham" depuis son ouverture.
  • Réussite dans la formation professionnelle : création et organisation de cours pour les prisonniers libérés.
  • Solutions concernant le logement des prisonniers après leur libération : le centre d'hébergement "Beth Avraham" pour les célibataires.
  • Des personnalités hors du commun ont émergé parmi les délinquants pris en charge par le Keren Hatechouva. Ils assurent aujourd'hui des rôles éducatifs au sein de l'association et dans d'autres cadres de réinsertion sociale.
  • Réinsertion familiale des prisonniers (traitement psychologique avec un thérapeute spécialisé, déménagement dans une ville où la famille n'est pas connue, inscription des enfants dans une nouvelle école, soutien financier, …)


Faits et chiffres

- Le nombre de Juifs incarcérés en Israël s'élève à 5200.
- 75% des prisonniers sont toxicomanes ou entrent en prison pour cause de trafic de drogues.
- 10% des adolescents avouent avoir goûté à la drogue, parmi eux 5,5% aux drogues dures; autrement dit, 35,000 adolescents se trouvent actuellement à un haut niveau de risque et seront prochainement exclus du système scolaire. Une grande partie d'entre eux devront dans les années à venir être pris en charge dans un cadre thérapeutique.

Collaboration avec différentes organisations

L'Administration Pour la Réinsertion des Prisonniers, l'Administration Pour la Lutte contre la Drogue, le Ministère des Cultes, le Ministère de la Sécurité Intérieure.

Financement

Le fonctionnement de l'association est assuré par des dons privés et des subventions gouvernementales. De nombreux volontaires épaulent l'équipe professionnelle.

Objectifs

- Etre en mesure d'accueillir et d'héberger de nouveaux prisonniers, actuellement sur liste d'attente.
- Création d'un Centre d'accueil pour les femmes.
- Créer un centre d'accueil pour les délinquants incarcérés pour violence et développer le programme pour leur réhabilitation.